L’inflation et les intérêts composés : deux mécanismes antagonistes …

Bonsoir,

Je suis très heureux de vous retrouver dans ce nouvel article du blogbourse.fr, votre rendez-vous hebdomadaire du vendredi soir.

Je souhaite vous présenter, aujourd’hui, le plus important mécanisme de création de richesses (applicable grâce à la bourse, notamment). Un mécanisme dont Albert Einstein disait qu’il représente la force la plus puissance dans l’univers. Un mécanisme d’amplification qui peut vous faire gagner des fortunes mais également à l’inverse vous faire perdre des sommes colossales. Le plus souvent, de manière totalement cachée et sans que vous ne vous en rendiez compte : les intérêts composés !

 

I – Les intérêts composés

Avant d’aller plus loin dans la démonstration, arrêtons-nous un instant sur les notions d’intérêts simples et d’intérêts composés.

Un capital produit des intérêts simples si les intérêts sont uniquement calculés sur ce capital. Un capital produit des intérêts composés si à la fin de chaque période, les intérêts générés sont ajoutés au capital pour produire de nouveaux intérêts. On dit aussi que les intérêts sont capitalisés.

Exemple :

Placement d’un capital de 100 euros à un taux annuel de 7% d’intérêts simple sur 2 ans.

Les intérêts seront de 100 x (7/100) x 2 = 14 euros.

Placement d’un capital de 100 euros à un taux annuel de 7% d’intérêts composés sur 2 ans :
Les intérêts seront de : 100 x (7/100) = 7 euros la première année
Les intérêts seront de : 107 x (7/100) = 7,49 euros la deuxième année.

Soit au total, 14,49 euros.

On estime qu’un individu touchant le salaire français moyen, soit 1600 euros par mois, verra près de 864.000 euros passer entre ses mains au cours d’une vie de travaille en comptant uniquement, bien sûr, les revenus du travail.

Saviez vous qu’en réalisant un effort d’épargne correspondant à l’effort d’épargne moyen des français (15% du revenu mensuel), notre français moyen peut se retrouver, lors de son départ en retraite, à la tête d’un capital supérieur à tout l’argent gagné dans sa vie de labeur, comme s’il avait, en quelque sorte, « tout économisé » ?

LOGO BLOG BOURSEAinsi, comme notre français moyen, dès lors que vous vous mettez à réaliser un effort d’épargne minimum, les résultats s’avèrent vite exponentiels avec le temps, si l’argent est correctement investi. C’est là toute la magie des intérêts composés.

Reprenons nos hypothèses du départ :  on suppose un revenu mensuel de 1600 euros par mois (moyenne des français), et un effort d’épargne de 15% de ce revenu (moyenne des français). Dans ce cas, l’économie, chaque mois, est de 240 euros.
– En 45 ans de travaille, il gagne 864.000 euros (45 ans x 12 mois x 1600 euros),
– En 45 ans de travaille, il épargne 129.600 euros (45 ans x 12 mois x 1600 euros x 15%),
– En plaçant cet effort d’épargne à 7% sur 45 ans, il sera à la tête d’un capital supérieur à tout l’argent qu’il aura gagné pendant toute sa vie de travail : 910.223 euros !

La conclusion principale que vous devez tirer de ce calcul, c’est que la chasse aux dépenses quotidiennes superflues est bien plus rentable qu’il n’y paraît de prime abord. Ne perdez jamais de vue que le début de la richesse, c’est l’argent que vous parvenez à conserver, pas celui que vous percevez.

Maintenant que vous avez compris que la richesse, c’est l’argent que vous parvenez à conserver, vous allez devoir faire en sorte de le faire fructifier avec un haut niveau de performance.

Dans le cas contraire, s’il ne fructifie pas suffisamment, vous perdrez le pouvoir d’achat de votre argent. Ce dernier sera rongé par l’inflation. Et c’est un véritable bras de fer : inflation contre intérêts composés ! En sortirez-vous gagnant à long terme ?

II – L’inflation

Je vais vous expliquer comment l’inflation ronge votre patrimoine sournoisement sans que vous ne vous en aperceviez, en particulier si vous ne faites pas travailler votre argent correctement.

L’inflation c’est la perte de pouvoir d’achat de la monnaie liée à la création monétaire. Concrètement, elle se manifeste par une hausse des prix. Avec le temps l’inflation pénalise donc votre pouvoir d’achat et ronge vos économies.

Il n’est pas facile de calculer l’érosion de l’inflation et de répondre à la question « en combien de temps l’inflation va-t-elle diviser par 2 mon capital ? »

Heureusement, Einstein, encore lui, a mis au point une méthode très précieuse pour nous permettre de faire le calcul rapidement. Il suffit de diviser le nombre 70 par le taux de l’inflation !

Ainsi, en prenant un taux d’inflation conservateur de 4%, vous comprenez très vite que l’inflation mettra moins de 18 ans pour diviser par 2 le montant total de vos économies.

Voici, à présent l’évolution possible d’une épargne de 10.000 euros en euros courants sur 25 ans :

sans inflationCette représentation graphique est extrêmement « sympathique » et « bienveillante » car elle donne l’impression que l’on peut faire progresser sa cause sans prendre de risque, grâce à des placements peu rémunérateurs mais totalement sécurisés. Elle donne l’impression que tous les placements sont gagnants dès lors qu’ils délivrent une performance positive, même s’ils sont peu rémunérateurs. Il n’y aurait donc que des « bons placements  » et il serait donc superflus de prendre des risques sur son épargne ?

Ce graphique n’est pas une juste représentation de la réalité, qui est toute autre.

 

 

 

 

Voici maintenant l’évolution du pouvoir d’achat de votre épargne, corrigé de l’inflation (hypothèse : 4% l’an) …

avec inflationTous les placements qui ont une rentabilité inférieure au taux de l’inflation réelle (livrets bancaires, fonds euros obligataires, sicav monétaires, etc…) sont de très mauvais placements, car ils vous font perdre la vraie valeur de votre argent. Ils sont très dangereux et nuisibles à long terme car ils vous font votre pouvoir d’achat.

Pour conserver ou amplifier ce pouvoir d’achat et atteindre progressivement la liberté financière, vous devez prendre conscience qu’il est absolument nécessaire de faire fructifier votre argent à un taux nettement supérieur au taux de l’inflation. Vous devez donc considérablement augmenter le niveau de vos exigences financières.

Or, ma méthode d’investissement en bourse est précisément destinée à vous aider à remplir cet objectif : obtenir une performance très supérieure à l’inflation sur le long terme.

Bon week-end et à vendredi prochain…

Stéphane

PS : Partagez et commentez si vous aimez !

Vous pouvez également me poser toutes vos questions ci-dessous.

___________________________________________________
Les informations délivrées par ce site sont données à titre pédagogique. Elles ne constituent en aucun cas des recommandations d’investissement ou un conseil en investissement financier. Le lecteur se doit d’étudier les risques avant d’effectuer toute transaction. Il est seul responsable de ses décisions d’investissement. En consultant cet article, vous reconnaissez que son auteur ne peut être tenu pour responsable des préjudices directs, indirects ou consécutifs découlant de l’utilisation des informations et matériels contenus dans celle-ci ou d’autres matériels auxquels vous pourriez avoir accès par le biais de liaisons hypertextes à partir de celle-ci. Les informations et les chiffres fournis peuvent comporter des inexactitudes. L’auteur peut détenir des titres ou produits mentionnés. Il ne prend jamais de positions opposées à ce qui est indiqué dans cet article de blog.

 

Vous aimerez aussi...