Notre plan de bataille pour passer de 10.000 € à 50.000 € en 5 ans !

Bonjour,

Avec un capital de départ de seulement 10.000 euros et une faible capacité d’épargne, il faudrait vraiment un miracle pour que ma fille puisse atteindre d’un capital de 50.000 euros dans 5 ans seulement !

En effet, pour passer de 10.000 euros à 50.000 euros en 5 ans, il est nécessaire, sans aide extérieure, ni effort d’épargne complémentaire, de réaliser une performance de 37,97% par an sur le portefeuille.

(10.000 x (1+37,97%)^5 = 50.000 €).

C’est carrément impossible, me direz-vous !!!

Puisque cela n’est pas possible sans aide extérieure, nous avons recherché, un soutien providentiel du côté des banques, en utilisant l’effet de levier du crédit.

Comment une étudiante peut-elle avoir accès au crédit bancaire ? En utilisant, tout simplement, un « prêt étudiant » !!!

Le prêt étudiant :

Le prêt étudiant est une catégorie particulière de prêt à la consommation, non affecté, que les banques poussent auprès de leur clientèle chaque été, pour capturer de futurs clients à « forts potentiels ».

Chaque été, les banques rivalisent d’offres promotionnelles, avec des taux particulièrement attractifs, actuellement de l’ordre de 1% l’an et des frais de dossier offerts. Le prêt étudiant est donc un prêt non affecté, qui peut parfaitement être utilisé pour développer un portefeuille boursier.

Il est possible de bénéficier d’un différé d’amortissement, généralement de 5 ans, qui permet de reporter à plus tard le paiement du capital et des intérêts, puis d’un amortissement sur une durée de 5 années supplémentaires. Ce prêt peut être soldé, totalement ou partiellement, sans aucune pénalité de remboursement anticipé, à tout moment.

L’effet de levier du crédit :

L’effet de levier est un notion financière qui définit le différentiel entre le coût du crédit et le rendement de l’épargne : emprunter à un taux inférieur au taux de rendement net de l’épargne permet un enrichissement patrimonial.

Le différentiel entre le coût du crédit et le rendement de l’épargne  génère un gain pour l’investisseur : Lorsque j’emprunte à 1% l’an, alors que mon épargne boursière est rémunérée à 10% l’an, par exemple, le gain généré par l’endettement est de 9% par année.

Ce gain, c’est l’effet de levier du crédit !

Dans une stratégie d’acquisition à effet de levier du crédit, l’endettement permet d’augmenter la rentabilité globale de l’investissement : au rendement intrinsèque du portefeuille acquis (dividendes+plus-values boursières), l’investisseur optimise son rendement grâce au différentiel entre le coût de l’argent et le rendement du placement (Rentabilité financière).

Ainsi, dans la détermination de la pertinence de recourir à un prêt étudiant, pour financer l’acquisition d’un portefeuille boursier, c’est-à-dire pour déterminer l’impact de l’effet de levier dans le montage financier, plusieurs éléments doivent être pris en compte : le coût réel du prêt étudiant et le rendement du portefeuille.

Notre utilisation du prêt étudiant :

Avec un prêt « étudiant » (en cours d’instruction !), pour un total de 40.000 €, au taux de 1% l’an, nous disposerons d’un capital de départ de 50.000 euros qui nous permettra d’investir 50.000 euros sur 5 ans minimum. Pour atteindre notre objectif, le portefeuille doit progresser de 50.000 euros à 90.000 euros en cinq ans, ce qui représente un objectif de performance de 12,47% l’an.

Cet objectif est  encore ambitieux, mais beaucoup plus réaliste si on le compare à la performance nécessaire pour rallier l’objectif sans emprunt ! (50.000 x (1+12,70%)^5 = 90.000 €).

Les intérêts ne seront pas déductibles pour le calcul de l’impôt éventuellement du sur les plus-values ou les dividendes du portefeuille, mais cela n’a pas une grande importance, dans la mesure où l’investissement sera réalisé, pour une large partie, au travers d’un PEA, dont les gains sont défiscalisés, hormis les prélèvements sociaux (ce que nous reverrons dans une prochain article sur le PEA).

Ce type d’effet de levier est beaucoup plus confortable que l’effet de levier procuré par le Service à règlement différé (SRD) proposé dans le cadre du fonctionnement du marché boursier. En effet, même si le portefeuille est en moins-value, à un moment ou un autre, nos positions ne feront jamais l’objet d’un appel de marge. La banque ne nous obligera jamais à solder nos positions pour rembourser le prêt par anticipation, au plus mauvais moment, puisque le prêt étudiant n’est pas un prêt affecté !

Les risques de l’opération :

Mon épouse et moi-même seront cautions solidaires de cet emprunt, sur nos revenus et notre patrimoine, ce qui signifie que si le portefeuille est en perte au bout de 10 ans, nous serons obligés de combler cette perte de notre poche, pour que ma fille ne soit pas pénalisée.

C’est un risque que nous assumons en parfaite connaissance de cause, dans la mesure où nous allons gérer ensemble ce portefeuille …

Stéphane

PS : commentez et partagez si vous aimez, je me ferai un devoir de vous répondre personnellement !

___________________________________________________
Les informations délivrées par ce site sont données à titre pédagogique. Elles ne constituent en aucun cas des recommandations d’investissement ou un conseil en investissement financier. Le lecteur se doit d’étudier les risques avant d’effectuer toute transaction. Il est seul responsable de ses décisions d’investissement. En consultant cet article, vous reconnaissez que son auteur ne peut être tenu pour responsable des préjudices directs, indirects ou consécutifs découlant de l’utilisation des informations et matériels contenus dans celle-ci ou d’autres matériels auxquels vous pourriez avoir accès par le biais de liaisons hypertextes à partir de celle-ci. Les informations et les chiffres fournis peuvent comporter des inexactitudes. L’auteur peut détenir des titres ou produits mentionnés. Il ne prend jamais de positions opposées à ce qui est indiqué dans cet article de blog.

 

 

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Stéphane dit :

    En fait, c’est assez simple : le prêt étudiant n’est pas un prêt affecté. Il s’agit d’un simple prêt à la consommation que la banque accorde à des conditions privilégiées.

    Dans le contrat de prêt, rien n’est mentionné sur l’affectation du crédit. Ma fille peut en faire ce qu’elle veut !

    Comment rembourser ?

    La encore, c’est très simple :
    – soit elle rembourse par anticipation au bout de 5 ans (septembre 2021), en soldant une partie de son portefeuille de titres. Ce remboursement anticipé se fait sans pénalité,
    – soit elle rembourse tous les mois 718,80 euros, en utilisant les dividendes du portefeuille,
    – soit une combinaison de ces deux solutions, si les dividendes ne sont pas d’un montant suffisant,

    Stéphane

  2. Paul dit :

    Stéphane, si je comprends bien, tu utilises un prêt étudiant d’une durée de 10 ans pour développer le portefeuille boursier de ta fille.

    C’est vraiment gonflé.

    Est-ce légal ? Si la banque s’en rend compte, ne va-t-elle pas exiger le remboursement de l’emprunt, qui n’a pas servi aux études de ta fille ?

    D’autre part, je voudrais savoir comment ta fille va pouvoir rembourser l’emprunt dans 5 ans ?

    Paul

  1. 30/12/2016

    […] Notre plan de bataille pour passer de 10.000 euros à 50.000 euros en 5 ans ! […]