Nous avons les yeux rivés sur… Essilor international !

Après une période de repos estival à Londres, je poursuis la rédaction du blogbourse. L’actualité récente m’incite à vous parler d’un titre qui a toujours été très recherché par les investisseurs à la bourse de Paris : Essilor International.

Cette société est leader mondial de la fabrication et de la commercialisation de verres correcteurs et d’instruments d’optique ophtalmique. Elle se classe au 4ème rang européen de la production de matériel médical. Ses titres sont cotés sur le compartiment A d’Euronext Paris et entrent dans le calcul de l’indice CAC 40 depuis le 3 janvier 2005.

  • Histoire de la société

Cumulant plus de 165 ans d’expérience dans le domaine de l’optique, Essilor est née en 1972 de la fusion de deux entreprises françaises : Essel et Silor. On doit au premier la mise au point des verres progressifs de marque Varilux, et au second d’avoir inventé le verre organique incassable Orma. En conjuguant leur savoir-faire, les deux fabricants donnent naissance à l’un des fleurons de l’industrie ophtalmique : Essilor, en 1972. Cette société est alors la troisième plus grande entreprise d’optique ophtalmique dans le monde. Dès 1975, elle fait son entrée en bourse.

Les années 1980 sont celles de la croissance internationale. A la fin de cette décennie, l’entreprise française devient le leader mondial des verres ophtalmiques. Dans les années 1990, elle se retire progressivement de ses activités en montures pour se recentrer sur les verres correcteurs et les instruments pour opticiens. Elle mise sur les valeurs ajoutées des verres correcteurs et lance, dès 1992, la quatrième génération de verre progressif Varilux : le Varilux Comfort. Ce verre est aujourd’hui encore le verre progressif le plus vendu dans le monde.

  • Activités de la société

Le groupe Essilor International conçoit, fabrique et commercialise des verres correcteurs et des équipements d’optique ophtalmique. Il est présent dans plus de 100 pays et emploie 63.676 personnes dans le monde et dispose de 33 usines de production, 16 centres de distribution et 490 laboratoires de prescription.

La croissance du chiffre d’affaire et du bénéfice a été régulière et rapide sur les dix dernières années. Ce titre répond donc à tous nos critères habituels de développement du chiffre d’affaire, du bénéfice par actions et du dividende distribué aux actionnaires. Essilor international est une vraie valeur de croissance, à dividendes pérennes et croissants :

  • Actualité récente

Elle a été particulièrement riche ces derniers temps. En effet, Essilor international a annoncé, en début d’année, un rapprochement avec le fabricant italien de montures de lunettes Luxottica (Ray Ban, Persol, Oakley…). Un rapprochement à 50 milliards d’euros dans le secteur de l’optique. Essilor fournit les verres ; Luxottica les montures et de nombreux points de vente. Une parfaite synergie permettant à ces deux leaders de combiner leurs forces pour attaquer un marché planétaire de 100 milliards d’euros. Une alliance qui fait vraiment sens au niveau industriel et que le marché a instantanément salué en propulsant Essilor de +18% le jour de l’annonce. Essilor a indiqué qu’il espérait obtenir d’ici la fin de l’année toutes les autorisations nécessaires pour finaliser le rapprochement avec le premier fabricant mondial de montures de lunettes, annoncé en janvier dernier.

Récemment, le titre a fortement corrigé, après avoir revu à la baisse sa prévision de croissance pour 2017, lors de l’annonce de ses résultats semestriels, au vu notamment d’un marché latino-américain plus difficile que prévu au premier semestre. Nous mettons à profit ce repli pour commencer à rentrer sur le titre, sous 106 euros et pour le long terme.

Avec un multiple de capitalisation de 23 fois les bénéfices attendus en 2018, cette valeur reste chère, mais ce prix est justifié par la qualité et la forte visibilité (sans mauvais jeu de mot !) sur les résultats futurs.

A moyen terme, le marché de l’optique restera porteur, compte tenu de la demande croissante des pays émergents et du vieillissement de la population mondiale. Nous parions également sur une réussite de l’intégration du fabricant italien de montures Luxottica, qui permettra à Essilor de maîtriser une plus grande partie de la chaîne de valeur de l’optique, à une échelle mondiale. Cette fusion devrait donner lieu à des synergies estimées entre 400 et 600 millions d’euros par an, et doper le bénéfice par action de 15 % à partir de 2019

Bonne soirée et bon week-end.

Stéphane

Les informations délivrées par ce site sont données à titre pédagogique. Elles ne constituent en aucun cas des recommandations d’investissement ou un conseil en investissement financier. Le lecteur se doit d’étudier les risques avant d’effectuer toute transaction. Il est seul responsable de ses décisions d’investissement. En consultant cet article, vous reconnaissez que son auteur ne peut être tenu pour responsable des préjudices directs, indirects ou consécutifs découlant de l’utilisation des informations et matériels contenus dans celle-ci ou d’autres matériels auxquels vous pourriez avoir accès par le biais de liaisons hypertextes à partir de celle-ci. Les informations et les chiffres fournis peuvent comporter des inexactitudes. L’auteur peut détenir des titres ou produits mentionnés. Il ne prend jamais de positions opposées à ce qui est indiqué dans cet article de blog.

Vous aimerez aussi...